A...

Kader Abdolah
Né en 1954 en Iran, Kader Abdolah, de son vrai nom Hossein Sadjadi Ghaemmaghami Farahani, a étudié la physique à l'université de Téhéran. Il a publié deux romans en persan et a travaillé comme journaliste dans un journal d'opposition en Iran avant d'obtenir l'asile politique en 1988 aux Pays-Bas. Il apprend le néerlandais largement en autodidacte et débute en 1993 avec le recueil de nouvelles De adelaars (Les aigles), qui est lauréat du prix néerlandais de débutants : le Gouden Ezelsoor.
Chroniqueur pour le journal « De Volkskrant », il est aussi l'auteur de deux recueils de récits et de deux romans écrits directement en néerlandais. Son œuvre a la plupart du temps pour objet la vie entre deux cultures, celle d'Iran et celle des Pays-Bas ainsi que sur la vie dans la diaspora. En 2007, les lecteurs ont choisi son livre La maison de la mosquée comme le deuxième meilleur livre néerlandais de tous les temps.
Il jouit d'une grande popularité et a reçu plusieurs prix. La France l'a notamment décoré « chevalier de l'Ordre des arts et des lettres ». Son œuvre est traduite en plusieurs langues.
Michel Adam
Michel Adam, ingénieur et sociologue, créateur d’entreprises sociales et solidaires, a publié des ouvrages sur les schémas, l’association, le travail et l’emploi, l’entrepreneuriat. Le livre Jean Monnet citoyen du monde puise au coeur de la pensée de Jean Monnet neuf thèmes qui construisent un véritable manuel d’écologie de l’action.
Gabriela Adamesteanu
Diplômée a l’Université de Bucarest, Gabriela Adamesteanu a travaillé dans l’édition et, après  1990, a dirigé, pendant treize ans, l’hebdomadaire indépendant «22». Prix Hellman Hammett du journalisme (2002), accordé par Human Rights Watch. Présidente du Centre Roumain du Pen-Club (2004-2006), Une des écrivains roumains les plus réputés, elle  a quatre romans, deux recueils de nouvelles, deux livres de journalisme, traductions . Ses œuvres de fiction ont reçu des nombreux prix nationaux et sont traduites en huit langues.
Bien reçu par la critique française, Matinée perdue (Gallimard, 2005) a été nominalisée, en 2006 pour le Prix de l’Union Latine.   Avec un grande puissance évocatrice,  Vienne le jour (Gallimard, 2009), en compétition   pour le Prix Jean Monnet de Littérature Européenne Cognac, 2010,  présente le portrait d’une adolescente, cherchant, a travers l’amour et l’éducation, de s’extraire d’un régime asphyxiant.
Milena Agus
Vous avez peut-être lu son roman Mal de pierres ? Milena Agus a enthousiasmé le public français avec ce premier roman en 2007. Le succès se propage en Italie et lui confère la notoriété dans les 26 pays où elle est aujourd’hui traduite. Après Battement d’ailes, Mon voisin et Quand le requin dort, Milena Agus poursuit avec La comtesse de Ricotta (Liana Levi , traduit de l’italien par Françoise Brun) sa route d’écrivain, singulière et libre. A chaque roman, c’est un bout de la Sardaigne que l’on dévoile, et c’est à Cognac que vous pourrez la rencontrer.
David Albahari
Écrivain de l'ex-Yougoslavie né en 1948, exilé au Canada, David Alabahari entretient une relation difficile avec la question de l'identité. Une appartenance compliquée qui occupe l'espace de son œuvre. Il a publié huit romans et huit recueils de nouvelles, dont certains sont traduits en une quinzaine de langues. Il est l’un des écrivains serbes les plus réputé de sa génération. Son roman La Description de la mort a obtenu le Prix Ivo Andrić en 1983.
Globe-trotter nous plonge à Banff au Canada avec les trois personnages du roman : le narrateur canadien, l'écrivain juif belgradois peu loquace Daniel Atias et le petit fils d'Ivan Matulic, globe-trotter croate ayant résidé à Banff dans les années vingt. L'interrogation autour des fractures de l'Histoire et des conséquences sur l'identité de chacun reste au cœur de ce roman.
Antonio Altarriba
Né à Zaragoza en 1952, Antonio Altarriba est professeur de littérature française à l’Université du Pays Basque. L’art de voler est né d’un fait réel : le suicide de son père qui s’élance du quatrième étage de sa maison de retraite pour voler enfin librement. À travers les tribulations extraordinaires de cet homme ordinaire, Antonio Altarriba et Kim retracent l’histoire de l’Espagne du XXème siècle : chute de la monarchie, Seconde République, guerre civile, dictature de Franco, exode, Deuxième Guerre mondiale… Ce livre a reçu le prestigieux Premio Nacional de Cómic.
Nicolas Ancion
Né à Liège, en 1971. A 24 ans, il publie un premier roman, Ciel bleu trop bleu, qui intrigue la critique par sa poésie absurde et cruelle. De nombreux autres romans ont suivi, pour les adultes comme pour la jeunesse, dont Quatrième étage, couronné par le Prix des Lycéens en 2001 ou Nous sommes tous des playmobiles. De Liège à Carcassonne, en passant par Bruxelles ou Madrid, depuis une dizaine d'années, il réinvente le monde à travers des histoires loufoques : des romans, des tas de nouvelles, un fatras de poésies, des feuilletons pour le web, le théâtre ou la radio et bien d'autres choses. Ses textes ont été couronnés de prix littéraires.
Il a séjourné à Cognac en résidence d'écrivain en 2010.
Yuri Andrukhovych
Né en 1960, Yuri Andrukhovych est l'une des figures les plus populaires et les plus controversées de la littérature ukrainienne contemporaine. Poète, essayiste, traducteur, romancier, il a publié aux éditions Noir sur Blanc "Remix centre-européen" dans l'ouvrage Mon Europe, coécrit avec Andrzej Stasiuk (2004) et Moscoviada (2007), trajet loufoque à travers la capitale d'une union soviétique qui s'effondre.
Pour ses écrits littéraires et son activité comme intellectuel, Andrukhovych a reçu de nombreux prix nationaux et internationaux, dont le Prix Herder (2001), le prix de la Paix Erich Maria Remarque (2005), le Prix européen de l'entente à la Foire du livre de Leipzig (2006), le Prix de l'Angelus (également 2006).

 
Giulio Angioni
Né en 1939, anthropologue, vit et travaille depuis toujours en Sardaigne. Il enseigne l’anthropologie culturelle à l’Université de Cagliari.
Il est l’auteur de nombreux romans et essais. Des milliers d’années est son premier livre traduit en français.
Sophie Apert
Attachée à Jarnac, Sophie Apert est membre du comité directeur des Explorateurs français et, à ce titre, effectue de nombreux voyages dans l'Arctique et l'Océan Indien. Elle publie ses récits de voyage et réalise des expositions photographiques à leur sujet.
Jakob Arjouni
Né à Francfort (Allemagne) en 1964, il a ensuite passé plusieurs années dans le sud de la France avant de s'installer à Berlin, et il vit maintenant dans l'Aude.
En 1988, il publie sa première pièce de théâtre, Les garages, et il décide de se consacrer entièrement à l’écriture. Il se dit influencé par l'oeuvre de Sergio Leone, Victor Hugo ou encore William Faulkner.
L'œuvre d'Arjouni évoque notamment les préoccupations du monde urbain contemporain. Un de ses protagonistes récurrents, le détective privé Kemal Kayankaya, confronte les problèmes du racisme et de la xénophobie dans la métropole cosmopolite de Francfort.
Auteur de pièces de théâtre, de pièces radiophoniques et de trois romans policiers (Café Turc, 1992, Bonne fête, le Turc !, 1992, Demi pression, 1993), il confirme son talent d'écrivain avec Magic Hoffman, où l'on retrouve les thématiques des néo-nazis, de l'antisémitisme et de révisionnisme en Allemagne. Café turc reçoit en 1992 le prix du polar allemand.
Pieter Aspe
Dans un premier temps, les livres de Pieter Aspe se vendirent mieux aux Pays-Bas qu’en Belgique, mais depuis 1998, il remporte un immense succès dans la partie néerlandophone de la Belgique. Et son succès dépasse la frontière et arrive en France.
Toutes les enquêtes écrites par Pieter Aspe mettent en scène les sympathiques policiers Van In et Versavel, assistés de Martens (cerveau d’Einstein dans corps de mannequin !). Elles sont pleines d’humour, de tendresse mais également de petites touches de réflexion sur le fonctionnement des administrations belges, de la vie sociale en Belgique. Elles se situent toutes dans la jolie cité flamande de Bruges et ses environs.
Depuis 2003, plusieurs de ses polars ont été adaptés en téléfilms et feuilletons radiophoniques. Une société a même créé un jeu de rôles, basé sur les personnages et situations des romans ; on propose aux joueurs un plan géographique de la ville de  Bruges, où un personnage en vue se fait assassiner ; sur base d’un minimum de détails, les joueurs doivent chercher le plus rapidement possible le lieu et l’arme du crime, le motif et finalement le coupable.
Arliette Armel
Critique au Magazine Littéraire, Arliette Armel s'intéresse aux figures de la littérature : elle a consacré plusieurs ouvrages à Marguerite Duras, Michel Ragon et une biographie volumineuse à Michel Leiris. Mais les personnages mythologiques la retiennent aussi : elle a dirigé le volume consacré à Antigone chez Autrement (1999).
Bruno Arpaia
Bruno Arpaia est né en 1957 à Ottaviano, dans la province de Naples. Licencié de Sciences Politiques, Bruno Arpaia enseigne l'Histoire américaine à l'Université de Naples avant de débuter une carrière de journaliste pour 'Le Matin' et 'La République' en Italie.
Traducteur de l'espagnol, conseiller éditorial et journaliste, il a publié trois romans avant Dernière frontière, paru en 2002 en France. Avec ce quatrième roman, auquel il a consacré huit années de recherches, il s'est imposé au public, à la presse italienne et à la critique qui lui a attribué le Premio Selezione Campiello.

Isabelle Autissier
Isabelle Autissier est la première femme à avoir accompli un tour du monde à la voile en solitaire. Elle est l’auteur de romans, de contes et d’essais, dont Kerguelen (Grasset, 2006), L’amant de Patagonie (Grasset, 2012) et, avec Erik Orsenna, Salut au Grand Sud (Stock, 2006) ainsi que Passer par le Nord (Paulsen, 2014). Elle préside la fondation WWF France.

Un couple de trentenaires partis faire le tour du monde affrontent une tempête et se retrouvent soudain seuls, sur une île entre la Patagonie et le Cap Horn. Comment lutter contre les mille dangers de la vie sauvage ? Et si on survit, comment revenir chez les hommes ?

Prix Club Soroptimist 2015 : Soudain, seuls - Stock

Claire Auzias
Historienne et sociologue, Claire Auzias  étudie particulièrement l'histoire des peuples Roms. Spécialiste des tsiganes, elle y a consacré plusieurs de ses ouvrages, parmi lesquels :  Choeurs de femmes tsiganes aux éditions Egrégores, Roms, Tsiganes, Voyageurs : L’éternité et après ? aux éditions Indigène

Christine Avel
Cet auteure française née en 1968 s'égare dans la finance, vire cap au sud pour une ONG et retrouve le nord en écrivant. Double foyer est son premier roman, suivi du recueil de nouvelles L'Apocalypse sans peine.
Nos petites obsessions et leurs effets drôles ou graves, sur nos vies ordinaires ; voilà le fil de ces douze nouvelles : un archéologue, dans son bain, rêve de l'Atlantide ; un comptable prédit la fin du monde dans les fumées d'un barbecue. L'une se complaît dans de mystérieuses démangeaisons ; l'autre prête à Malraux des vertus aphrodisiaques.
Prix Jean Monnet des Jeunes Européens 2006 : L'Apocalypse sans peine - éd. La Dilettante