V...

 

Ignacio del Valle
Né en 1971 à Oviedo, Ignacio del Valle écrit pour El Paìs et El Comercio. Empereurs des ténèbres, mention spéciale du jury du prix Dashiell Hammett (2007), est le premier de ses livres à être traduit en français. Hiver 1943 près de Leningrad, la Divisiòn Azul, composée de militaires franquistes et de phalangistes, se bat aux côtés de l’armée allemande. Un matin, on découvre le cadavre d’un soldat espagnol. C’est la première victime d’une étrange série. Fresque en noir et blanc, le roman nous ouvre les portes de l’enfer sur terre.
Arvo Valton
Arvo Valton, né en 1935 en Estonie, a produit une œuvre aussi ample que diverse et originale. Déporté en Sibérie pendant son enfance, dont il témoigne dans La Détresse et l'Espérance, il fait ses études à l'Institut polytechnique de Tallinn et devient ingénieur tout en étudiant l'écriture de scénarios à Moscou.
Après des nouvelles réalistes où il s’intéresse à des gens simples saisis avec tendresse et humour dans leurs activités quotidiennes (Un étrange désir, 1963), il s'oriente à la fin des années 60 vers "l'absurde et le grotesque pour composer les paraboles philosophiques tour à tour inquiétantes et humoristiques" (Les Voyages d'Arvid Silber, 1984). Il est aussi l'auteur d'un roman historique sur Gengis Khân, A l'autre bout de l'Infini (1978). Il fut député au Parlement estonien.
Régine Vandamme
Née à Bruges en 1961. Unanimement loué, plusieurs fois réédité, son premier ouvrage, Ma mère à boire, a reçu en 2001 le Prix de la première œuvre du Ministère de la Communauté française de Belgique. Elle est également l'auteur de Ma voix basse et de Professions de foi.

Alexandra Varrin
L’an dernier, Alexandra Varrin recevait à Cognac le tout premier Prix Claude Milan pour ce roman : une véritable tragi-comédie dont aucun personnage ne sort indemne, ni même
le lecteur : une fille, sa mère et sa grand-mère projettent, pour leur plus grand malheur, de se retrouver chez cette dernière à Noël. Et ce n’est pas seulement la dinde qui s’invite à leur table, mais leurs névroses respectives et leur incapacité à accepter l’autre.

Prix Claude Milan 2012 : C'est Maman qui a tué le Père Noël - éd. Léo Scheer.

Hans Maarteen van den Brink
Hans Maarteen van den Brink, né en 1956, est romancier, journaliste et rédacteur d'un magazine littéraire important. Il a écrit des livres sur la culture des Antilles néerlandaises et sur les Etats-Unis. Les éditions Gallimard ont publié deux de ses romans : Sur l'eau en 2000 et Cœur de verre en 2002.
Après avoir dirigé pendant plusieurs années une chaîne de télévision culturelle aux Pays-Bas, Van den Brink se consacre à l'heure actuelle principalement à l'écriture.
Adriaan Van Dis
Né en 1946 aux Pays Bas dans une famille originaire des Indes néerlandaises (aujourd'hui l'Indonésie), Adriaan Van Dis se fera un nom avec son émission "Ici c'est... Adriaan Van Dis". Il a reçu de nombreux prix et plusieurs de ses livres sont des best-sellers. Grand connaisseur de l’Afrique, il se fait d’abord connaître comme auteur de voyage. Son œuvre se développe ensuite vers l'autofiction.
Dans son roman Le Promeneur (traduit du néerlandais par Daniel Cunin et publié chez Gallimard), il dresse un tableau sans concession ni complaisance d'une réalité qui dérange, celle des exclus, de la rue, dans un roman où cohabitent avec bonheur : humour et besoin de croire en l'homme.
Geert Van Istendael
Né à Uccle (Bruxelles) en 1947. Sociologue et philosophe, chercheur en matière d'urbanisme, présentateur vedette du journal télévisé flamand, Geert Van Istendael se fait ensuite connaître comme poète, romancier, essayiste, polémiste et traducteur de Goethe, Heine, Bertolt Brecht et Jacques Brel. Il écrit une poésie vivace et accessible, dont le temps, l'espace et l'émerveillement constituent les thèmes centraux, et se montre en grand connaisseur de la Belgique et polémiste passionné.
David Van Reybrouck
David Van Reybrouck (Bruges, 1971) est né dans une famille flamande de fleuristes, de relieurs, d'électriciens et d'artistes. Il a étudié l'archéologie et la philosophie aux universités de Louvain et de Cambridge et détient un doctorat de l'université de Leyde. Il a été professeur invité à Barcelone et Paris et chercheur postdoctoral au sein du département d'histoire de l'université de Louvain.
Michel Van Zeveren
Il est né en 1970 à Gand. Il s’inscrit à l’Ecole de Recherches Graphiques pour y faire du dessin animé. Là, il préfère s’orienter vers le cours d’illustration et le livre pour enfant en particulier, pour pouvoir raconter ses propres histoires. Aujourd’hui, il partage son temps entre les livres, la bande dessinée et des collaborations à différents magazines. Il habite près de Bruxelles, travaille dans son grenier et fait la sieste dans le jardin quand c’est possible.
Son site : www.michelvanzeveren.be

 
Christian Von Ditfurth
Christian Von Ditfurth, d'abord professeur d'histoire à l'université de Hambourg, vit à présent à Lübeck. En parallèle il est directeur de collection. Il publie deux romans avant d'imaginer un personnage récurrent, Stachelmann. Très inspiré de sa propre vie, son protagoniste étant également historien à Lübeck, il évoque dans cette série de romans policiers son goût pour les meurtres inexpliqués, les affaires mystérieuses. Il puise ses idées dans l'histoire allemande et les transforme à son aise pour créer un univers inquiétant.
Mariapia Veladiano
Professeur de lettres, Mariapia Veladiano collabore avec les journaux La Repubblica, Avvenire. La vie à côté brosse le portrait d’une famille corrompue par le mensonge et les tabous. Rebecca est laide. Elle vit, avec prudence et en silence, aux côtés d’un père, médecin trop absent, et d’une mère qui «a pris le deuil à sa naissance». Mais Rebecca est douée pour le piano ; ses mains parfaites lui ouvrent des possibles : une autre vie, un autre language.
Ce qu’elle vit, Hélène Vignal le met en scène dans ses romans où elle aborde le thème de la réalité sociale contemporaine. Elle dit elle-même : « Je crois que c’est important d’être dans le présent, d’écrire sur la société d’aujourd’hui sur ce qu’elle est, et aussi sur ce qu’elle pourrait être ». Aux éditions du Rouergue, découvrez notamment La fille sur la rive
Laurence Vilaine
Rédactrice pour des supports de communication, Laurence Vilaine est l’auteur de ce premier roman salué par différents prix : Le silence ne sera qu'un souvenir. Rongé par le remords d’avoir gardé le silence, le vieux Mikluš raconte les siens : une communauté rom installée sur une rive slovaque du Danube.  Dilino, le souffre-douleur de la bande avec son air de gadjo, Chenpki dit « La Vieille » qui avait une voix d’ange, Lubko le sculpteur de marionnettes…autant d’existences opprimées révélées avec douceur et force dans ce roman.
Yves Viollier
Yves Viollier, vendéen, vit et enseigne à La Roche-sur-Yon, d'où son œuvre rayonne sur tout l'Ouest français et bien au-delà. C'est à Saint-Étienne qu'il a reçu le prix Charles-Exbrayat 2001 pour Les Lilas de mer. Depuis 1988, il a publié chez Robert Laffont : Jeanne la Polonaise, Les saisons de Vendée (une trilogie). Ses qualités de cœur et d'esprit, l'authenticité de ses attachements lui conquièrent, de livre en livre, un plus vaste et fidèle public. Il est aussi membre de la Nouvelle école de Brive.

© Oumeya el Ouadie-Setka FilmsEd.B.Doucey

Sous le régime de Ceausescu, Matéi Vişniec découvre dans la littérature un espace de liberté et se passionne pour le surréalisme, le fantastique, le théâtre de l’absurde et la poésie onirique. Ses pièces sont aujourd’hui à l’affiche d’une trentaine de pays et il est l’un des auteurs les plus joués au Festival d’Avignon. Son recueil À table avec Marx (éd. Bruno Doucey, traduit du roumain par Benoît-Joseph Courvoisier) marque son retour à la poésie. Avec un sens aigu du petit format, l’auteur nous entraîne dans un univers menacé par la perte de sens et la négation de l’individu. Un recueil incisif, engagé et jubilatoire !

A découvrir aussi Monsieur K libéré, aux éditions Non lieu
Lourdès Ventura
Journaliste et critique littéraire, Lourdès Ventura, née en 1956 à Palencia, est écrivain et essayiste. Connue en France par les hispaniques, elle le sera par le grand public grâce à la traduction en français de son roman Le poète sans paupières, publié en 2005 et dont l'intrigue se déroule à Madrid.
Ornela Vorpsi
Ornela Vorpsi a étudié les beaux-arts à Tirana puis à Milan. Depuis 1997, elle réside à Paris. Elle est photographe, peintre et cinéaste. Après son premier roman Le pays où l'on ne meurt jamais, suit le recueil de nouvelles Buvez du cacao Van Houten. Ses ouvrages sont traduits en une quinzaine de langues. En 2010 elle est sélectionnée parmi les 35 meilleurs écrivains européens dans l'anthologie Best European Fiction 2010.